Comment éviter que mon e-mailing ne soit considéré comme un spam ?

by SergentWeb on 26 juin 2018 , No comments

De plus en plus sophistiquées, les messageries trient scrupuleusement les contenus : beaucoup d’e-mails finissent dans les spams ! Forcément, lorsque l’on travaille ses campagnes e-mailing, on pense toujours à cette problématique récurrente : comment s’assurer que le message ne soit pas directement redirigé vers le courrier indésirable ? Quelques bonnes pratiques vont vous permettre de limiter ce risque, pour augmenter le taux d’ouverture de vos e-mails publicitaires ou informatifs.

Maîtriser et respecter la CAN-SPAM Act

Si vous réalisez souvent des campagnes e-mailing, le terme « CAN SPAM Act » doit vous être familier : il s’agit d’une loi américaine qui concerne tous les envois d’e-mails commerciaux à travers le monde. Concrètement, ce règlement dresse une liste de plusieurs bonnes pratiques. Beaucoup peuvent paraître évidentes, mais il est pourtant primordial de ne jamais les oublier. Par exemple, le message doit être clairement identifié comme un contenu promotionnel. En outre, il ne faut jamais rédiger d’objets trompeurs, mais toujours annoncer quelque chose que l’utilisateur obtiendra en ouvrant le mail. De plus, tous les messages doivent comporter des informations sur la démarche à suivre pour se désabonner de la newsletter.

Équilibrer l’usage de textes et d’images

Esthétiquement, il peut être tentant d’envoyer un e-mail simplement sous la forme d’image. Mais cette pratique reste vivement déconseillée, parce qu’une seule image de grande taille ne permet pas aux filtres anti-spam d’identifier clairement le contenu du message. Il ne faut donc pas passer uniquement par Photoshop pour créer son e-mail, mais plutôt mobiliser les outils adaptés comme MailChimp, par exemple. Pour aller plus loin, découvrez les 5 meilleurs outils pour votre campagne e-mailing que nous avons sélectionnés pour vous.

D’une façon générale, beaucoup de logiciels de lecture de mails empêchent l’affichage des images. En ce sens, au moment de concevoir la newsletter, dites-vous que l’internaute doit pouvoir comprendre l’intégralité du message, sans même pouvoir lire ne serait-ce qu’une image.

Optimiser le code HTML

Les serveurs de réception et les clients de messagerie décodent chaque e-mail en utilisant le HTML. Ainsi, il faut absolument respecter toutes les normes de base, et ne pas hésiter à optimiser le code quand on a les compétences pour cela. Par exemple, n’écrivez jamais votre code HTML sous Word, car il va être complètement modifié et ne sera plus lisible sur le client de messagerie (préférez, dans ce cas, le simple « Bloc Notes »). Certaines personnes consultent la version texte du message, parce qu’elles ne parviennent pas à accéder au HTML (notamment si la connexion Internet est trop faible). Il est donc primordial de veiller à ce que chaque version soit parfaitement compréhensible.

Bannir les mots-clés trop agressifs

L’usage trop intensif de mots-clés agressifs du type « 100 % gratuit », « meilleur prix », « argent rapide », « pas cher », « cadeau », « pas de frais » peut générer un classement automatique du mail en spam. Bien sûr, il ne faut pas vous empêcher de communiquer les informations essentielles sur une promotion ou une prestation gratuite. Tout réside dans l’équilibre : vous pouvez dire que l’inscription sur votre site est gratuite, mais profitez-en pour présenter votre entreprise ou ses valeurs, lancez-vous dans le storytelling, tentez de générer des émotions.

Séduire les internautes

Il existe beaucoup de conseils techniques, y compris autour de la réputation de l’adresse IP et du domaine d’envoi, pour réduire les risques de finir dans la partie des courriers indésirables. Mais finalement, la meilleure solution reste de satisfaire les destinataires, pour éviter qu’ils ne signalent eux-mêmes votre e-mail comme spam.

Quand un client mail observe que les utilisateurs signalent massivement un expéditeur en particulier comme spam, il aura tendance naturellement à classer les messages comme courrier indésirable. Ainsi, veillez toujours à demander l’accord de vos contacts avant d’envoyer des newsletters, contrôlez la régularité des envois et faites en sorte de proposer des contenus qualitatifs, seul gage de votre succès en e-mailing !

Pour plus d’informations sur le sujet, nous vous invitons à lire – ou relire – nos articles Les indicateurs d’une campagne e-mailing réussie et 3 erreurs à éviter dans vos campagnes e-mailing.

RECEVEZ NOS MEILLEURS ARTICLES !